Web

Sunny Tech 2019 – DIY : Construire ses propres ateliers d’innovation

by Emilie Letailleur 7 août 2019

 

Cet article se base sur une conférence intitulée « DIY : Construire ses propres ateliers d’innovation » et animée par Marie-Pier PIPON-LAVOIE  lors de l’édition 2019 du Sunny Tech.

 

Qu’est-ce que l’innovation ?

On peut trouver 3 définitions dans le Larousse. En les comparant, on retrouve dans chacune d’elles les notions de processus, de rejet des normes existantes et de nouveauté.

L’atelier d’innovation est un dispositif intéressant dans la mesure où il suggère de s’entraider et se former mutuellement, dans un élan fraternel tendu vers un même objectif de performance et d’efficacité. C’est une démarche qui propose d’utiliser les retours d’expérience et l’entraide entre participants, pour tirer les compétences d’un groupe vers le haut et favoriser des synergies spontanées. Les participants peuvent comparer leurs points de vue, élaborer à haute voix, prendre du recul pour envisager de nouvelles options.

La similitude des cas et la diversité des points de vue rassurent, encouragent et enrichissent chacun.

Les séquences de l’atelier d’innovation font ainsi la démonstration de la force créative d’un groupe.

Comment construire un atelier ?

Inviter 8-12 personnes maximum pour la dynamique de groupe, sinon il est préférable de faire des équipes. Plus il y a de perspectives sur la problématique, mieux c’est (Métier/spécialistes, Développeurs, Designers, Marketing, Commerciaux, Utilisateurs finaux…).

Qu’est-ce que la synergie de groupe ?

Une personne très intelligente ne vaut pas un groupe de personnes moins intelligentes.

Lors de l’ouverture, il est primordiale de gérer et d’adapter l’organisation du groupe ainsi que l’aménagement du lieu de passation : votre position, votre attitude face au groupe, ainsi que la répartition de la parole (entre vous et le groupe/entre les membres du groupe).

Quoi utiliser ?

visuel ADB SunnyTech

Le matériel choisi permet de conserver et visualiser l’information produite (papier, sketch, post-it, images).

Déterminez à l’avance : le besoin, l’objectif de l’atelier, qui sera invité, la structure de l’atelier, ainsi que ce que vous utiliserez comme matériel. La durée idéale est de deux heures maximum, sinon il est nécessaire d’aménager une pause pour les participants mais aussi pour vous-même.

Le sujet : savoir poser la bonne question, quelle est la problématique ?

Pour aller plus loin, je vous invite à découvrir : Le pouvoir du collectif.

Les 8 étapes de la résolution de problèmes créatifs

  • Besoins
  • Données
  • Objectifs
  • Idées
  • Critères
  • Solutions
  • Adhésions
  • Plan d’action

Structurer son atelier

L’ouverture permet de rassembler et de mettre les participants à l’aise à l’idée de travailler ensemble.

Les méthodes de Brainstorming sont d’excellents Ice Breakers, les plus utilisés sont le groupe interactif, la réflexion individuelle ou encore la méthode d’échange par écrit.

Retenez bien :

Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises idées, il faut générer le plus d’idées possible, le tri des idées se fera à la prochaine étape.

Toutes ces méthodes sont intéressantes parce qu’elles permettent d’avancer à plusieurs sur des objectifs concrets à partir de cas réels issus de l’expérience et de l’actualité des participants.

Ils induisent donc des échanges directement en prise avec leurs réalités terrain, et leurs préoccupations opérationnelles. En les expérimentant entre eux, les participants pourront ainsi à la fois échanger, s’entraider et co-produire des solutions en groupe, mais ils apprendront aussi à les animer.

Comment explorer les données ?

Plusieurs mécaniques sont également possibles : vous pouvez laisser les groupes se former par affinités ou constituer les groupes.

Il vous faut également choisir des supports : cadrans, axes, storyboard, projection, cartes et environnements, tableaux, cercles et cibles….

En vivant l’expérience par eux-mêmes, les participants de l’atelier apprécieront comment ces séquences de travail renforcent la dynamique interne d’une équipe (cohésion, complicité, synergies…) et contribuent aussi puissamment à rôder des comportements transverses, facteurs de performance, tels que : orientation solutions, élargissement du cadre de référence, modélisation des meilleures pratiques, partage des bonnes idées, renforcement positif, co-construction de solutions…

Enfin arrive la phase de fermeture. c’est la conclusion de votre atelier d’innovation. L’objectif est de prendre une décision, de mettre en place une action qui va créer un sentiment d’accomplissement, même si ce n’est qu’une to-do list.

 

Emilie Letailleur

Emilie, Développeuse front-end chez Kaliop, est le chaînon entre le webdesigner et le développeur. Son rôle est de transformer le design en une page web, en liant au mieux les attentes en termes d'UX/UI aux contraintes techniques. L'objectif étant de répondre de la manière la plus adaptée aux besoins clients.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera modéré par nos administrateurs

Vous avez un projet ? Nos équipes répondent à vos questions

Contactez-nous